Accord Maurice/Inde : des contingents tarifaires sur des produits sensibles | Défi Économie Aller au contenu principal

Accord Maurice/Inde : des contingents tarifaires sur des produits sensibles

Textile
Les industriels indiens craignent que le textile mauricien soit plus compétitif.

L’accord de libre-échange bilatéral entre Maurice et l’Inde est sur le point d’être finalisé. La signature de cette convention a été retardée du fait des appréhensions des industriels domestiques des deux pays sur l’accès illimité au marché de certains produits sensibles.

Selon la presse indienne, les deux gouvernements ont décidé d’introduire l’imposition de contingents tarifaires pour limiter accès préférentiel afin de protéger les intérêts locaux. « Maurice et l’Inde étaient prêts à signer l’accord de libre-échange proposé en janvier lors de la visite du Premier ministre mauricien en Inde. Mais les inquiétudes sur des produits sensibles tels que le textile et des articles marins n’ont pas été calmées. Les deux parties sont parvenus à un compromis et l’accord sera fort probablement bientôt signé » confie un officier impliqué dans les pourparlers.

L’imposition de contingents tarifaires vise à instaurer des quotas d’importations sur des produits spécifiques. Elle limite la quantité d’importations sur le marché local. Les opérateurs sont assurés que, bien que les droits de douane soient ramenés à zéro, les importations ne pourront pas dépasser un certain seuil.

« En Inde, les fabricants de produits textiles et marins se sont fortement opposés à une baisse des droits de douane avec l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange. Ils craignent que le marché domestique soit inondé de produits moins chers de Maurice. Avec les contingents tarifaires, cette situation ne risque pas d’arriver», a-t-il ajouté.

Pour Maurice, de son côté, il s’agit d’assurer la sécurité dans le secteur des services et de ne pas accorder de grands privilèges aux Indiens dans ce domaine. En effet, les opérateurs indiens ont demandé un accès croissant dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie. Cependant, Maurice ne souhaite pas ouvrir davantage ces domaines aux Indiens.

La décision du gouvernement indien de sceller un accord de libre-échange avec Maurice va plus loin que le seul simple de territoire insulaire. D’ailleurs, seulement six pour-cent de produits indiens exportés à Maurice sont imposés de droits de douane. La Grande-Péninsule vise, en fait, d’avoir un point d’ancrage sur le marché africain à travers l’accord bilatéral. Maurice constitue une première étape, car le pays compte un accord de libre-échange, depuis l’année dernière, avec déjà 44 pays africains.

«Une fois que l’accord bilatéral sera en vigueur, cela permettra aux industriels indiens d’avoir plus d’opportunités pour atteindre le marché continental, en utilisant Maurice comme plateforme commerciale et financière.  C’est également une décision stratégique, car la Chine a déjà conclu un pacte de libre-échange avec Maurice et l’Inde ne veut surtout pas laisser en plan».

Les échanges commerciaux entre les deux pays sont largement en faveur de la Grande-Péninsule. Pour 2018/19, elle a exporté pour Rs 41,8 milliards alors qu’elle a importé de Maurice des produits d’une valeur totale de Rs 2,8 milliards.