Pour se conformer aux IFRS 9 : treize banques prévoient davantage de réserves | Défi Économie Aller au contenu principal

Pour se conformer aux IFRS 9 : treize banques prévoient davantage de réserves

Maurice
Une nouvelle directive sur l’évaluation des pertes sur créances et la comptabilisation entrera en vigueur en janvier 2020.

Treize des 21 banques du pays envisagent d’augmenter les réserves pour qu’elles soient conformes aux International Financial Reporting Standards 9. La hausse sera de 18 % en moyenne, mais elle se rangera entre 2 % et 87 % en général.

L’impact prévisible des International Financial Reporting Standards (IFRS) 9 sur le taux d’adéquation des fonds propres va de 0,1 % à un négatif de 2,20 pour une moyenne de 0,48 %. Information communiquée par Yandraduth Googoolye, gouverneur de la Banque de Maurice (BoM), le lundi 19 août 2019, lors d’une conférence à l’Afritac, à Ébène. Ces données ont été fournies par les banques locales après un relevé sur l’impact de ces normes comptables internationales sur leur profitabilité, la suffisance des fonds propres et la date d’achèvement prévue pour remplir cette obligation.

Yandraduth Googoolye a souligné que les IFRS 9 sont compliquées. Axées sur des instruments financiers, elles exigent beaucoup de compréhension et de mise en œuvre pour les autorités de surveillance prudentielle et les auditeurs des états financiers. Deux autres types de normes comptables y sont intrinsèquement liés : les IFRS 7 portant sur les informations à fournir sur les instruments financiers et les IFRS 13 axées sur l’évaluation de la juste valeur des instruments financiers.

Le gouverneur de la BoM a ajouté que Maurice s’est engagé, en tant que centre financier international, à adopter les normes internationales et les meilleures pratiques. Les IFRS 9 sont en vigueur depuis janvier 2018 mais les travaux préparatoires pour leur mise en œuvre ont démarré en 2016.

La BoM a introduit un programme pour suivre de près les progrès réalisés par chaque banque et institution de dépôt non bancaire. Une série de consultations a eu lieu pour assurer le bon déroulement de l’exercice. Ces établissements ont été appelés à fournir des rapports trimestriels sur l’avancement du programme.

« Consciente des futurs défis, la Banque de Maurice a revu sa directive sur l’évaluation des pertes sur créances et la comptabilisation qui sera en vigueur à partir du 1er janvier 2020. La directive assure la cohérence et répond aux préoccupations sur la modélisation des risques. Elle instaure des seuils de réglementation. L’insuffisance sera comptabilisée en tant que disposition additionnelle ou comme charge imputée à l’action de l’institution financière », a souligné Yandraduth Googoolye.

Il a ajouté que la BoM réfléchit aussi à la possibilité d’instaurer un délai de grâce d’un an pour que les institutions financières soient en mesure de se conformer aux niveaux des dispositions. Selon lui, cela leur laissera égalementn le temps d’apporter les modifications nécessaires.

En mars 2019, la BoM a tenu un atelier de travail en collaboration avec la Mauritius Bankers Association et un cabinet de conseil. Elle a recruté un consultant pour la formation des superviseurs en IFRS 9 afin d’aider à développer un ensemble de déclarations IFRS 9 qui sera soumis par les établissements concernés. Ces déclarations enregistreront toutes les données pertinentes sur le calcul des créances irrécouvrables selon les IFRS 9, la gouvernance, la méthodologie du modèle et les hypothèses établies. L’ébauche de ces déclarations est présentement finalisée.