Épargne : les Mauriciens refroidis par la baisse de l’intérêt | Défi Économie Aller au contenu principal

Épargne : les Mauriciens refroidis par la baisse de l’intérêt

La réduction du taux directeur à 0,15 % par le Monetary Policy Committee, la semaine dernière, risque de décourager davantage les Mauriciens à épargner. Que pensent-ils de l’écart entre le taux à l’emprunt et celui à l’épargne ?

Mala Christine, receveuse d’autobus : « Je n’ai pas les moyens d’épargner »

Âgée d’une cinquantaine d’années, Mala Christine, receveuse d’autobus, avoue qu’elle n’a pas les moyens d’épargner, car le coût de la vie est élevé. Cette habitante de Camp Levieux, avance qu’elle a de nombreuses dépenses comme l’éducation de son enfant, le loyer et la « tente ration » qui est très chère. « Pour moi, l’épargne est quasiment impossible », dit-elle.

Nazir Abdul Jameer, commerçant : « C’est difficile d’économiser »

Âgé d’une cinquantaine d’années, Nazir Abdul Jameer éprouve des difficultés pour économiser ou pour obtenir un prêt. « Une partie de mon argent est injectée dans mon business, le coût de la vie est élevé et la vente des vêtements demeure faible. C’est difficile d’économiser dans un tel cas. Je ne veux pas prendre de prêt. En sus, l’obtention d’un prêt n’est pas accessible pour moi », soutient cet habitant de Pailles, qui est commerçant.

Ragini Niladoo, femme au foyer : « Les rendements ne sont pas intéressants »

Âgée d’une quarantaine d’années, Ragini Niladoo, une femme au foyer, est catégorique. « Les rendements sur les principaux produits d'épargne ne sont pas intéressants, je ne suis pas intéressée par l’épargne. Et puis, j’ai de nombreuses dépenses », explique cette habitante de St-Pierre.

Nazir Rouzadhin, marchand ambulant : « C’est ardu de rembourser un emprunt »

Âgé d’une cinquantaine d’années, Nazir Rouzadhin est marchand ambulant. Ce Port-Louisien avance : « Je ne veux pas être endetté, c’est un cercle vicieux. Obtenir un prêt d'une institution financière peut être une tâche ardue. C’est difficile de rembourser un emprunt, car on a beaucoup de dépenses. »

Alas Franchin, marchande de légumes : « Le remboursement n’est pas facile pour une famille modeste »

Âgée d’une trentaine d’années, Alas Franchin ne mâche pas ses mots. Cette marchande de légumes précise que « la vie est dure. On n’arrive pas à faire du ‘saving’ et il est difficile d’obtenir un prêt bancaire. Le remboursement d’un prêt n’est pas facile pour une famille modeste », conclut-elle.

Le saviez-vous ?

  • Le taux directeur a été réduit de 0,15 % lors de la réunion du Monetary Policy Committee, la semaine dernière. Les banques doivent, ainsi, revoir les taux pratiqués à l’épargne et les prêts. Le taux directeur est, désormais, à 3,35 %.
  • Le taux sur les dépôts (savings deposit) oscille entre 1,35 % à 2,10 %. Le taux de base de crédit (Prime Lending Rate) varie entre 5,65 % et 8,50 %, à fin avril 2019, indique la Banque de Maurice dans son Quarterly Economic Report publié, il y a quelques jours.