Comptes nationaux : les services financiers sauvent la balance des paiements | Défi Économie Aller au contenu principal

Comptes nationaux : les services financiers sauvent la balance des paiements

BoM
La Banque centrale attribue cette baisse à : « a lower net surplus registered on the ‘travel’ sub-account ».

Le flux monétaire vers le centre financier a permis à l’économie mauricienne d’afficher un surplus au premier trimestre, comblant un déficit commercial grandissant et des recettes touristiques en baisse.

La balance des paiements – exercice regroupant toutes les transactions entre Maurice et le reste du monde – a affiché un solde positif. Au terme des trois premiers mois de cette année-ci, elle a été de Rs 7,4 milliards, en progression de Rs 600 millions par rapport à la période similaire en 2018. C’est ce qui ressort du relevé trimestriel de la Banque de Maurice publié sur son site ce mercredi 26 juin.

Acheteur net de nourriture, produits pétroliers et d’équipements, Maurice se retrouve de facto avec un déficit commercial (différence entre les importations et les exportations). L’étendu du déficit est tributaire du cours du pétrole, des commodités et de la demande interne du pays. En contrepartie, l’économie dépend des exportations en croissance pour contenir le déficit à un niveau raisonnable dans la durée. Les revenus générés par l’industrie du tourisme, aident à stabiliser davantage les finances nationales.

Or, au premier trimestre, la situation s’est détériorée. D’une part, le déficit commercial est passé à Rs 24,4 milliards (soit Rs 5,1 milliards de plus qu’au premier trimestre 2018). Maurice, étant engagé dans une vaste modernisation infrastructurelle, importe davantage de matériels et équipements, explique-t-on.

Le tourisme n’a plus le même lustre avec des arrivées et recettes en baisse. Selon les données de la Banque de Maurice, le surplus à l’item des services n’a été que de Rs 7,4 milliards, soit Rs 3 milliards de moins qu’en 2018. La Banque centrale attribue cette baisse à : « a lower net surplus registered on the ‘travel’ sub-account ».

De fait, le compte courant (l’ensemble des transactions dans l’import, export et les services), a connu un déficit de Rs 5 milliards au premier trimestre, supérieur de Rs 3,1 milliards au déficit enregistré pour le premier trimestre de 2018. Par rapport au Produit Intérieur Brut, il s’établit à 4,2 %.

Au final, c’est le secteur des services financiers qui vole à la rescousse. « Inclusive of estimated Global Business License Holders flows, the surplus on the primary income account was estimated at Rs 14,6 billion in first quarter of 2019 compared to Rs 9,7 billion in the first quarter of 2018 », fait ressortir la Banque de Maurice.