Aller au contenu principal

Étiquetage nutritionnel : une priorité pour les consommateurs

Photo d'illustration

Déterminer le meilleur système pour aider le client à choisir des aliments plus sains devrait être l’une des priorités de la future Food Standards Agency.

Trop gras, trop salé, trop sucré ? Les clients méritent d’en savoir plus sur leurs produits alimentaires grâce à de nouveaux logos. Pour aider le consommateur à choisir des aliments plus sains, la Food Standards Agency devra déterminer le système d’information pouvant influencer le plus fortement les achats du client.

L’apparition du système Nutri-score sur les emballages en France mérite d’être soulignée. Le système Nutri-score, élaboré par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), répartit les produits en cinq classes – du vert pour les produits de très bonne qualité nutritionnelle à l’orange foncé pour ceux dont il vaut mieux limiter la consommation.

Le système Nutri-couleurs (ou feux tricolores), utilisé en Angleterre, classe les quantités d’énergie et de sucre, sel, matières grasses et acides gras saturés en trois couleurs en fonction de leur teneur : rouge, orange et vert.

Le système Nutri-repère, aussi  à l’étude en France,  clarifie les repères nutritionnels journaliers (RNJ), déjà très présents sur les emballages alimentaires. Il affiche la contribution en énergie, matières grasses, acides gras saturés, sucres et sel d’une portion d’aliment, ainsi que la quantité quotidienne recommandée pour chacun.

Toujours au chapitre de l’information des consommateurs,  l’Agence devra considérer à rendre obligatoires les tableaux de composition nutritionnelle sur tous les produits préemballés.  Il est certain que de nombreux industriels affichent déjà ces informations de manière volontaire depuis longtemps : valeur énergétique, quantités de lipides, d'acides gras saturés, de glucides, de sucres, de protéines et de sel pour 100 g ou 100 ml de produit. Encore faut-il ensuite pouvoir décrypter ce que tout cela signifie.

Quoi qu’il en soit, l’Agence, si elle voit le jour, aura certainement du pain sur la planche.