Aller au contenu principal

Rapport d'Oxford Insights sur l'Intelligence artificielle : Maurice surclasse le Ghana et l’Afrique du Sud

Port-Louis

Le dernier rapport d’Oxford Insights et d’International Development Research Centre (IDRD) situe le niveau de la préparation étatique en faveur de l’intelligence artificielle. Bien que les pays africains ne figurent pas dans les premiers 50 territoires, trois se retrouvent juste après. Au niveau continental, le Kenya et la Tunisie devancent Maurice, juste avant l’Afrique du Sud et le Ghana. 

Prônée par le gouvernement comme fer de lance en termes de l’innovation, l’intelligence artificielle gagne du terrain dans beaucoup de pays avec une plus-value estimée à Rs 540 trillions d’ici à 2030. 

Nonobstant ce qui est ou pas à Maurice, l’indice de ces deux organisations indique que des pays de l’hémisphère nord sont mieux placés pour tirer avantage de l’intelligence artificielle que ceux du sud. Ils avertissement ces derniers sur le danger d’être laissés sur le carreau par la quatrième révolution industrielle. « Non seulement, ils bénéficieront des avantages de l’intelligence artificielle, mais cela marquera aussi l’intensification de l’inégalité évidente à l’échelle internationale », préviennent les deux institutions. 

Depuis 2017, Oxford Insights a mis en œuvre un classement mondial pour évaluer à quel point les gouvernements respectifs cherchent à tirer profit de l’intelligence artificielle dans leurs opérations et dans leur service au public. Ce constat est utilisé pour évaluer la capacité du gouvernement pour exploiter le potentiel de cette innovation. Le classement englobe 194 territoires du monde sur leur état de préparation pour exploiter l’intelligence artificielle.

Sans surprise, Singapour vient en pole position sur les premiers vingt, dominés par les pays occidentaux dont le Canada mais aussi par l’Australie, la Nouvelle Zélande et quatre autres pays asiatiques. Aucun pays d’Amérique latine ou d’Afrique ne se retrouve parmi cette vingtaine. 

La problématique pour évaluer le niveau de préparation de l’intelligence artificielle en Afrique est l’absence de données. Néanmoins, il y a des éléments qui indiquent une tendance d’un intérêt croissant pour l’intelligence artificielle sur le continent. Plusieurs laboratoires dans cette technologie y apparaissent (sauf à Maurice). En juin 2018, Google a inauguré au Ghana un centre de recherches en intelligence artificielle. Cela a été aussi le cas au Nigeria. D’autre pays tels que l’Afrique du Sud et le Kenya font des avancées dans ce créneau.