Aller au contenu principal

Services financiers : les opérateurs en attente de précisions

Le secteur des services financiers est dans l'expectative du Finance Bill au sujet des nouvelles mesures le concernant. Les prestataires sont aussi préoccupés par les pressions croissantes des instances internationales. Ils souhaitent un dialogue ouvert afin d’être plus proactifs pour faire face aux éventuelles exigences de ces dernières. C’est ce qui ressort en substance d’une table ronde organisée, ce vendredi 14 juin, à Ebène par l’Association of Trust & Management Companies (ATMC) et Global Finance Mauritius (GFM), parrainée par Bank One.

Le panel, modéré par le président de l’ATMC Mahesh Doorgakant, a réuni Ben Lim, CEO d’Intercontinental, Pierre Dinan, consultant économiste, Kamal Hawabhay, Head of Structuring & Advisory chez IQ-EQ et Gary Gowrea, directeur général de Taxand Mauritius.

Les fonds agréés, les règlements des sociétés étrangères contrôlées, l’‘umbrella licence’, les amendements à la FSC Act et l’Income Tax Act, le mécanisme de dispense partielle, le relevé de temps et la facilitation de l’environnement des affaires sont autant de questions sur lesquelles les panélistes ont souhaité davantage d’explications. 

« C’est fort bien de parler de Fintech ou de financement par les pairs mais on ne retrouve aucune mesure incitative les touchant dans les annexes du Budget. Faut-il comprendre que les réponses viendront avec le Finance Bill ? », s’est-il demandé.

Selon Ben Lim, la coercition de l’Union européenne (UE) sur des juridictions comme Maurice s’accentue. « En parcourant les projets de loi en attente, on peut comprendre qu’elle viendra avec encore plus d’exigence dont le taux d’imposition minimal. Il nous faut être proactif et nous lancer sur un débat élargi. » 

Un avis partagé par Rama Sithanen, président de Sanne Mauritius. « Lors de mes échanges avec les hommes d’affaires en Europe, je constate que l’UE se penche sérieusement sur l’imposition, a-t-il indiqué. Il nous faut réfléchir sur ce qui nous attend et mener une réflexion stratégique sur la question. »