Aller au contenu principal

Grant Thornton : un budget responsable

Sattar Hajee Abdoula
Sattar Hajee Abdoula, CEO de Grant Thornton Mauritius

Le Premier ministre et ministre des Finances a présenté son quatrième budget d’affilée dans un contexte pré-électoral. Si l’on s’attendait à des mesures populistes, Pravind Jugnauth a surpris en présentant un budget équilibré, maintenant le déficit budgétaire à 3,2 %, sans oublier aucun secteur.

Pour son dernier budget avant les prochaines élections générales, le Premier ministre a annoncé une série de mesures incitatives en ligne avec ses précédents budgets. L’objectif étant une meilleure distribution des richesses dans un contexte économique contraignant.

« C’est rassurant de constater que la rationalité économique à primer sur les considérations politiques. Cependant, le succès de ce budget ne pourra être évalué qu’en fonction de la mise en œuvre des différentes mesures annoncées. Face aux incertitudes liées au Brexit et à la menace de guerre commerciale, la prudence a prévalu », soutient Sattar Hajee Abdoula, CEO de Grant Thornton Mauritius.

Attendu sur le déficit budgétaire, le Grand Argentier a réussi à le maintenir sous contrôle à 3,2% du PIB. Il s’est engagé à ce que la dette publique, actuellement à 65% du PIB, soit ramenée à 60% d’ici 2022. Il parvient à ce tour de force en tirant profit des surplus accumulés par la Banque de Maurice.

Il prévoit une croissance économique de 4,2% en 2020, alors qu’elle est de 3,8% actuellement. Cette prévision démontre la résilience économique du pays alors même que la Banque mondiale prévoit une croissance mondiale de 2,6% pour 2019.

Expansion régionale

Les liens avec l’Inde sont consolidés à travers la signature d’un accord avec le Gujarat International Finance Tec-City. Les entreprises du secteur financier mauricien pourront ainsi opérer dans cet Etat indien. Cette mesure aidera à redorer l’image de Maurice en tant que centre financier de renom.

Ce budget ouvre de nouvelles perspectives économiques notamment à travers l’ouverture de zones économiques spéciales dans des pays émergeants en Afrique.

Réduire l’écart social

Pour donner un coup de pouce au pouvoir d’achat des ménages, le Premier ministre a relevé le seuil de revenu imposable pour toutes les catégories de contribuables. Pravind Jugnauth facilite davantage l’accès à l’immobilier pour les primo-accédants qui seront exemptés des frais d’enregistrement pour les terrains et résidences évalués à Rs 2,5 m et Rs 5 m, respectivement. De plus, il a annoncé une révision sur la taxe de la valeur ajoutée pour l’acquisition des biens immobiliers pour cette catégorie d’acheteurs.

Promouvoir le développement durable

Le Premier ministre et ministre des Finances a mis l’accent sur le développement durable avec une série de mesures sur l’économie verte et la création de valeur. Le budget encourage le secteur privé à investir dans la production énergétique à partir de sources renouvelables. Les producteurs individuels pourront désormais produire 100% de leurs besoins contrairement à la limite de 30% imposée jusqu’ici.

Déterminé à réduire les émissions de CO2 de notre parc automobile, le Grand Argentier a annoncé plusieurs mesures telles que la réduction des droits de douanes sur les véhicules électriques, les véhicules hybrides rechargeables de même que de nouvelles mesures à travers le Bus Modernization Scheme, incitant les opérateurs à acquérir des autobus électriques.

Dans le même esprit, le Mega National Cleaning and Embellishment Campaign, accompagné d’autres mesures, auront un impact bénéfique sur l’environnement, et par ricochet, sur l’industrie touristique.