Agriculture durable : Katapult propose un accélérateur à impact à Maurice | Défi Économie Aller au contenu principal

Agriculture durable : Katapult propose un accélérateur à impact à Maurice

Renforcer Maurice en tant que point focal pour l'innovation et la transformation durables. C’est dans cette optique que Katapult lance l'accélérateur Katapult Mauritius à Ferney Agri-hub en partenariat avec CIEL, IBL Group, Currimjee Group et MCB Group.

« Le Katapult Mauritius Accelerator est un programme d'accélérateur d'impact axé sur les technologies alimentaires et agro-alimentaires régénératives pour les startups régionales et internationales ciblant les marchés africains. Katapult s'est engagé à en faire partie et a donc établi une entité distincte à Maurice dans le cadre de sa stratégie plus large pour l'Afrique. Le lancement d'un accélérateur Katapult Mauritius est une étape concrète de ce voyage », peut-on lire dans un communiqué.

Ce projet investira dans une dizaine de startups régionales et internationales. « Les startups tireront parti du réseau de Katapult et nos partenaires mauriciens se connecteront à l'écosystème d'innovation mauricien et utiliseront Maurice comme point d'accès aux marchés africains. Les startups vivront et travailleront sur l'île pendant le programme de trois mois et seront connectées à des mentors nationaux et internationaux. Un espace de coworking sera mis en place pour l'accélérateur de Ferney Agri Hub situé dans la partie sud de l'île Maurice. »

Thomas Berman, directeur de Katapult Mauritius pense que « Maurice est un pays qui peut devenir un exemple mondial de transformation durable significative. Une partie de cette transformation consistera à renforcer Maurice en tant que connecteur et site de test pour les start-up régionales et internationales qui développent des solutions pouvant stimuler un changement régénératif dans nos systèmes alimentaires ».

Fabrice Boullé, directeur des investissements de Katapult Mauritius fait valoir que « ce projet représente actuellement 15 % du PIB du continent, l'écosystème alimentaire de l'Afrique souffre encore grandement de marchés non structurés et de chaînes de valeur inefficaces. Cependant, une population encline à adopter des solutions innovantes, une offre mondiale croissante de talents et une augmentation des technologies améliorant la qualité des opportunités de démarrage sont autant d'indicateurs de l'énorme potentiel de la technologie alimentaire en Afrique. »