Monde des affaires : l’importance des lanceurs d’alerte en entreprise au cœur des discussions | Défi Économie Aller au contenu principal

Monde des affaires : l’importance des lanceurs d’alerte en entreprise au cœur des discussions

L’ACCA et l'Audit Committee Forum (né d’une collaboration entre la firme KPMG et le Mauritius Institute of Directors - MIoD) ont organisé la semaine dernière un webinaire intitulé « Audit committee guidelines for evaluating a whistleblowing system ».

Madhavi Ramdin-Clark, Head d’ACCA Maurice a souligné à quel point le whistleblowing est un sujet sensible et elle a mis en exergue le rôle des structures d’audit des organisations privées et publiques. « Car ces structures, si elles remplissent pleinement leur mission en toute indépendance de la direction de l’organisation, offrent une base solide pour contribuer au suivi et à la prise de décision quand des lanceurs d’alerte dénoncent des fraudes et autres actions répréhensibles. Les instances d’audit des entreprises aident à l’amélioration du contrôle interne et sont indépendantes de la direction. Elles sont donc bien placées pour accompagner les initiatives visant à favoriser le whistleblowing efficace, dans le cadre d’une procédure bien définie et solide », dit-elle. Ce constat - ainsi que l’importance d’une culture d’entreprise qui favorise le whistleblowing - était aussi celui que fera par la suite Sheila Ujoodha, présidente de l’Audit Committee Forum et CEO du MIoD. 

Georges Leung Shing ancien président de l’Audit Committee Forum a lui rappelé que l’Audit Committee Forum (ACF) a été fondé en 2013 et accueille un maximum de 20 membres. L’objectif de l’ACF est de définir des directives pour promouvoir et réaliser les meilleures pratiques et le respect des cadres légaux dans la fonction assurée par les Audit Committees. Selon lui, « l’action des lanceurs d’alerte (whistleblowing) doit se faire d’abord dans l’intérêt de l’organisation - pas dans une tentative de léser une personne en particulier pour un intérêt personnel. Elle doit aussi se réaliser dans l’optique de dénoncer des maldonnes et de révéler des lacunes dans les barrières aux abus par les employés - à tous les niveaux - qui sont en position de d’utiliser leur fonction pour commettre des actes illégaux, dangereux ou favorisant leur gain personnel de façon immorale », indique-t-il.

« La mise en place d’une politique et de procédures claires (incluant la protection des employés lanceurs d’alerte), soutenues par des moyens de communication efficaces et assurant la confidentialité des lanceurs d’alerte, est indispensable pour favoriser le whistleblowing » selon Georges Leung Shing.