Analyse d’Ascencia : le consommateur urbain est plus résilient qu’en région rurale | Défi Économie Aller au contenu principal

Analyse d’Ascencia : le consommateur urbain est plus résilient qu’en région rurale

Beau Vallon
Le centre commercial de Beau Vallon

La pandémie du coronavirus a mis en exergue les forces et faiblesses des consommateurs. Les habitants des villes et faubourgs semblent disposer d’un meilleur pouvoir d’achat que les Mauriciens habitant dans les villages, estime le principal propriétaire et gérant de centres commerciaux au pays.

Ascencia, propriétaires des centres commerciaux de Riche-Terre, Bagatelle, Phoenix et de Beau-Vallon, a publié son bilan financier trimestriel. Au troisième trimestre, selon le document publié sur le site de la Bourse de Maurice, il ressort que les profits après impôts pour cette période ont été de Rs 113,3 millions contre Rs 120,3 millions.

Décortiquant la consommation sur le plan national, Ascencia fait état d’une baisse comparative de 4,1% au premier trimestre. Ensuite, confinement national oblige, la chute a été de quelque 33 % au deuxième quart (incluant les mois d’avril et de mai). Certes, la consommation est en baisse de 4 % au troisième trimestre (juillet à septembre) comparé à la période similaire en 2019. C’est un signe que les centres commerciaux d’Ascencia ont fait preuve d’un fort degré de résilience. La performance s’explique par l’endroit où se trouvent ces centres.

D’ailleurs, souligne le conseil d’administration, le marché urbain démontre « une plus forte résilience que les régions rurales. » Il fait état d’une mouvance des commerces haut de gamme vers les endroits formels (centre commerciaux).

Si la consommation s’est reprise après le confinement de mars à fin mai, on ne pourrait s’attendre à ce que cette situation se poursuive l’année prochaine, « Pour le prochain trimestre (octobre à décembre), nous nous attendons à ce que la consommation soit proche du niveau de l’année calendaire 2019 », fait ressortir le conseil d’administration d’Ascencia dans son bilan trimestriel. « Pour ce qui est l’année calendaire 2021, nous demeurons prudents jusqu’à ce que le vaccin contre la Covid-19 commence à avoir un réel impact sur la propagation de la pandémie et que les frontières commencent à rouvrir à travers le monde. »

Qu’en est-il des nouvelles habitudes des consommateurs ? Dans les supermarchés, boutiques de sports, salons de beauté et de soin de santé, et les commerces consacrés aux articles ménagers, la performance est bonne. Cependant, le consommateur bouge vers de produits de première nécessité.

A l’opposé, les loisirs, l’hôtellerie et la bijouterie pâtissent.