Maurice sur la liste noire de l’EU : «C’est le résultat d’une léthargie étatique», selon Suttyhudeo Tengur | Défi Économie Aller au contenu principal

Maurice sur la liste noire de l’EU : «C’est le résultat d’une léthargie étatique», selon Suttyhudeo Tengur

Suttyhudeo Tengur

Si le secteur financier mauricien se trouve dans des eaux troubles en faisant désormais partie de la liste noire de l’Union Européenne (UE), c’est en raison d’une légèreté déconcertante de la part des autorités concernées, plus particulièrement le ministère des Finances. C’est l’avis du président de l’Association et de la Protection des Consommateurs (APEC).

« Dès septembre 2019, soit un peu plus de deux mois avant les élections générales, les autorités ont appliqué 35 des 40 recommandations du GAFI. Après les élections générales de novembre, le nouveau titulaire aux Finances semblait quelque peu perdu dans ses priorités alors que la pandémie Covid-19 n’avait même pas encore fait son apparition dans le pays », soutient Suttyhudeo Tengur. Ce dernier fait ressortir qu’en absence d’une diplomatie économique conséquente avec le gouvernement mettant en veilleuse cette problématique, l’UE avait pris la décision le 7 mai dernier de lister Maurice sur sa liste noire. « Une décision qui fut avalisée par le Conseil de l’UE et ensuite par le Parlement européen. Nous sommes donc en juin et on n’a noté aucune réaction du gouvernement », dit-il.

Depuis le 1er octobre dernier, Maurice figure sur la liste noire des douze pays pointés du doigt par l’UE. « Et le ministère des Finances, dans un communiqué, réassure que les autorités sont en train de tout mettre en œuvre pour sortir le pays de la liste « grise du GAFI » et en conséquence de la liste noire européenne. Après la mort, la tisane », exprime le président de l’APEC. Ce dernier rappelle que le GAFI a pointé du doigt les déficiences stratégiques de l’État mauricien en ce qu’il s’agit du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme.