Axiom Africa Equity Fund : diversifier son patrimoine dans les actions des sociétés africaines | Défi Économie Aller au contenu principal

Axiom Africa Equity Fund : diversifier son patrimoine dans les actions des sociétés africaines

Axiom Africa Equity Fund

Le groupe Axys a lancé Axiom Africa Equity Fund. Ce fonds d’investissement africain permettra aux Mauriciens et étrangers d’investir dans les actions des sociétés africaines jugées les meilleures dans leurs catégories.

L’Afrique présenterait de réelles opportunités d’investissement pour les Mauriciens qui souhaitent diversifier leur patrimoine. C’est sur ce créneau que se positionne le fonds Axiom Africa Equity Fund qui s’adresse aux institutions, assurances, fonds de pension de même qu’aux investisseurs individuels.

Constantin de Grivel, Managing Director d’Axys Investment Partners, fait ressortir qu’aujourd’hui, les possibilités sont très grandes en Afrique pour ne pas s’y intéresser. « Il existe des pépites sur le marché africain, certaines compagnies sont d’ailleurs déjà des leaders mondiaux dans leur domaine. Ce que nous proposons à nos clients, c’est d’investir dans les Apple et Amazon de demain », a-t-il expliqué.

L’Axiom Africa Equity Fund expliqué

  • La stratégie du fonds est d’identifier les compagnies africaines présentant le meilleur potentiel de développement dans le contexte actuel, tenant compte notamment de l’explosion démographique attendue dans les prochaines années et de la révolution numérique en cours.
  • Le fonds opère à ce jour sur huit marchés boursiers et couvre une vingtaine de pays africains.
  • Les principales thématiques d’investissement sont la consommation locale et régionale, ainsi que les nouvelles technologies et solutions numériques au service des consommateurs africains.
  • Le processus d’investissement suit un cadre robuste et efficace en matière de gestion des risques, et guide le processus de décision tout au long du cycle d’investissement, d’identification des grandes tendances jusqu’à l’exécution.
  • Tous les investissements d’Axiom sont considérés selon la devise de référence du fonds, soit le dollar américain.
  • Le minimum d’investissement autorisé sur le fonds est de USD 1 000 pour un horizon de placement long.
  • Le niveau de risque est comparable à celui de la Bourse de Maurice et le fonds affiche déjà une surperformance de 2 % par rapport à son marché de référence en à peine un mois d’opération.

Constantin de Grivel, Managing Director d’Axys Investment Partners : « La seule poche où les actifs ne sont pas surévalués, c’est en Afrique »

Constantin de Grivel

Pour Constantin de Grivel, l’Afrique pourrait bénéficier de la chute des marchés mondiaux et de la phase de réinvestissement.
 
La Bourse de Maurice a été témoin du désinvestissement des investisseurs étrangers. Quels sont les risques pour Axiom Africa Equity Fund ?
Les marchés mondiaux sont tombés. Les gens ont retiré leur argent. Cependant, nous pensons que dans la phase de réinvestissement, l’Afrique va en profiter, car les actifs en Europe et aux États-Unis, de même qu’en Asie sont surévalués. La seule poche où les actifs ne sont pas surévalués, c’est en Afrique. Il y a quand même beaucoup d’argent qui a été accordé par les banques centrales, et il faut bien que cela aille quelque part.

Le fait que Maurice figure sur la liste noire de l’Union européenne peut-il pousser les investisseurs à délaisser le pays pour investir ailleurs en Afrique ?
Pour l’heure, nous n’avons pas encore vu les effets sur la Bourse de Maurice. Je ne pense pas que cela aura une influence sur Axiom Africa.

La fermeture des frontières n’est pas sans conséquence sur les hôtels cotés à la Bourse de Maurice. La réouverture peut-elle booster les actions des entreprises concernées ?
Plusieurs pays à travers le monde ont des restrictions sur leurs mouvements. Cela limite certainement certains secteurs. Au niveau d’Axiom Africa nous sommes très vigilants et nous ne sommes pas sur certains secteurs sur le continent. Il faut dire que la pandémie a aussi créé de nouvelles occasions. Nous avons par exemple assisté à l’émergence du paiement numérique à Maurice.