Antoine Kon-Kam King : «Après la Covid-19, les affaires avec les Chinois reprendront» | Défi Économie Aller au contenu principal

Antoine Kon-Kam King : «Après la Covid-19, les affaires avec les Chinois reprendront»

Antoine Kon-Kam King
Antoine Kon-Kam King, président de la Chinese Business Chamber (CBC)

Après que l’épidémie du coronavirus soit complètement éradiquée, ce sera du ‘Business as usual’ avec la Chine. C’est ce que prévoit le président de la Chinese Business Chamber, Antoine Kon-Kam King.

Nous avons récemment signé des traités de libre-échange avec la Chine. On ne peut pas ignorer ces avantages commerciaux.

Quelle est votre impression sur la façon dont le sujet du coronavirus est géré à Maurice ?
On doit féliciter les autorités pour les mesures de prévention prises à ce jour. À savoir, la mise en quarantaine et la suspension des vols sur les pays touchés par le coronavirus. Grâce à ces mesures, il n’y a aucun cas de contamination à Maurice à ce jour. Mais l’importance est de se préparer. Le gouvernement et les opérateurs économiques doivent mettre en place des plans d’action.  La presse aussi a un rôle très important à jouer. Sur les réseaux sociaux, on peut voir qu’il y beaucoup de ‘Fake News’. Cela crée la panique qui impactera négativement sur notre économie. Ainsi, la population doit s’assurer d’avoir des informations exactes et correctes selon des sources sûres.

Quels sont les secteurs qui sont les plus vulnérables face à cette épidémie ?
Même s’il n’a pas de cas de contamination à Maurice, on peut déjà ressentir les impacts économiques. Il y a actuellement un ralentissement des importations, en raison d’une baisse dans le nombre de navires de charge venant de Chine et une perturbation dans l’approvisionnement à la suite d’une baisse dans le secteur manufacturier en Chine. Environ 60 % des entreprises manufacturières en Chine ont fermé leurs portes temporairement. Ces facteurs mèneront définitivement à une baisse des matières premières à Maurice, ce qui affectera notre secteur manufacturier, idem pour le secteur de la construction. Cependant, c’est le secteur du tourisme qui sera le plus touché.

Quel est le rôle de la Chinese Business Chamber dans ce contexte ?
Nous sommes à environ 350 membres, dont une bonne partie travaille directement avec les opérateurs chinois.  Toutefois, l’impact se fait aussi sentir sur les importations venant d’autres pays, tels que la Malaisie, la Thaïlande, l’Europe, entre autres. Nous avons fait appel à des experts dans le domaine de la santé, dans le tourisme ainsi que dans les affaires afin d’expliquer à nos membres les précautions à prendre et de mettre en place des plans d’urgence.

Les relations commerciales et bilatérales entre la Chine et Maurice seraient-elles affectées par l’épidémie de la Covid-19 ?
Certainement pas.  Maurice et la Chine partagent des liens très forts depuis des années. Ce n’est pas à cause d’une épidémie que cette relation prendra fin. D’ailleurs, dans le passé, il y avait des épidémies qui étaient beaucoup plus dangereuses. Donc, je pense que c’est juste un arrêt temporaire. Après que l’épidémie soit complétement éradiquée, ce sera du ‘Business as usual’. Les opérateurs mauriciens reprendront les affaires avec les Chinois normalement. En outre, nous avons récemment signé des traités de libre-échange avec la Chine. On ne peut pas ignorer ces avantages commerciaux.