Menace sanitaire - Le PM : «agir en patriotes» face au spectre du coronavirus | Défi Économie Aller au contenu principal

Menace sanitaire - Le PM : «agir en patriotes» face au spectre du coronavirus

Pravind Jugnauth
Pravind Jugnauth procédant à l’inauguration d’une unité de production de semences à Henrietta, le jeudi 27 février.

« Maurice est vulnérable face à des imprévus, dont le coronavirus. L’impact du coronavirus (Covid-19) sur notre économie sera conséquent ». C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre Pravind Jugnauth lors de l’inauguration d’une unité de production de semences à la Maison des éleveurs, à Henrietta, le jeudi 27 février.

Le chef du gouvernement explique que le tourisme, le commerce et les investissements seront affectés, d’autant plus que décision a été prise de suspendre les vols vers la Chine et Hong-Kong.  Il demande à tous les Mauriciens de tous bords politiques d’agir en vrais patriotes pour que le pays soit prêt à affronter le coronavirus. « Nous sommes tous dans le même bateau. On a de grands défis économiques à relever, tant sur le plan local qu’international. Il y a des imprévus comme le coronavirus, qui est apparu en Chine avant de se propager dans d’autres pays. »

Le Premier ministre a tenu à remercier l’Inde pour la coopération apportée sur divers projets de grande envergure, comme le Metro Express ou encore l’investissement d’équipements pour les planteurs. Pravind Jugnauth se veut rassurant quant au secteur agricole. « Face à la forte concurrence, le secteur agricole et le sucre ont à relever un défi énorme. Maurice produit environ 350 000 tonnes de sucre par an. Comparativement, le Brésil produit la même quantité par jour. Nous devons nous tourner vers le ‘bio farming’ pour nous démarquer », suggère-t-il.

Pravind Jugnauth s’est aussi attardé sur les mesures prises par le gouvernement pour donner une nouvelle impulsion à l’industrie cannière. « Avec l’aide de l’Union européenne, on a réitéré notre soutien aux cultivateurs pour renforcer la résilience à long terme de l’industrie de la canne à sucre. Comme la réforme de ce secteur est une nécessité, on a introduit plusieurs mesures d’accompagnement pour qu’il demeure viable et rentable ».

Également présent à l’événement, Sunil Bholah, le ministre des Affaires, de l’Entreprise et des Coopératives, a pris la parole. Il a précisé que le but du gouvernement est de renforcer les capacités des coopératives afin qu’elles accentuent leur contribution dans le développement socioéconomique du pays. « C’est aussi dans ce contexte que j’ai estimé que les terrains (environ 60 perches) dont mon ministère dispose doivent être mis au profit des coopératives. Un accord a été signé avec la Mauritius Cooperative Agricultural Federation Ltd (MCAF) en avril 2019 pour la mise en place d’une pépinière », souligne-t-il.

En effet, la MCAF a investi Rs 4 millions pour la création d’une pépinière qui cultivera uniquement des produits bio et organiques, avec des équipements modernes.