Carburant - Essence et diesel : dans l’attente d’une baisse de prix | Défi Économie Aller au contenu principal

Carburant - Essence et diesel : dans l’attente d’une baisse de prix

Carburant
Plusieurs opérateurs espèrent que la baisse mondiale des prix du carburant sera répercutée à Maurice.

Avec l’avancée du nouveau coronavirus hors de la Chine, les craintes sur la demande mondiale en pétrole s’accentuent. Du coup, le prix du baril est en repli. À Maurice, une baisse de prix est réclamée.

Lundi 24 février. Sur le marché mondial, le prix du Brent dégringole de 3,8 % pour atteindre 56,30 dollars. En cause : les préoccupations sur la demande de l’or noir suite à la propagation du nouveau Coronavirus. Pour les producteurs, si plus de pays sont touchés par le COVID-19, le ralentissement de l’activité économique et des voyages sera encore plus prononcé.

À Maurice, on s’attend à ce que cette baisse soit répercutée au niveau local. « Nous prions pour que les prix baissent », avance Sunil Jeewoonarain, secrétaire de la Mauritius Bus Owners Cooperative Federation.

Surtout que le diesel représente 50 % des revenus des opérateurs d’autobus. « Une baisse va nous soulager financièrement (Ndlr : A savoir qu’un autobus consomme environ 60 litres d’essence par jour, soit l’équivalent de Rs 2 100 quotidiennement). D’autant plus que le nombre de voyageurs a baissé de 25 % depuis l’an dernier en raison de plusieurs facteurs, la prolifération des taxis marron à titre d’exemple », explique Sunil Jeewoonarain.

Du côté des stations-service, on se prononce également pour une révision des prix. « Nous serons contents, si c’est le cas », avance Subash Hurpaul, secrétaire de la Petrol Retailers Association. Une éventuelle baisse des prix, poursuit-il, pourrait contribuer à augmenter leurs ventes. « Les particuliers voudront sortir davantage. Et puis, à notre niveau, cela nous permettra d’investir et de compenser le manque à gagner de l’ordre de 15 % à 20 %, en termes de vente du diesel. (Ndlr : La Petrol Retailers Association attribue cette baisse à la concurrence déloyale, mais aussi au fait que plusieurs opérateurs -  poids lourds, compagnie de construction, etc. - achètent directement avec les compagnies de carburant au lieu de passer par les détaillants) », fait ressortir Subash Hurpaul.

Pas pour l'immédiat

Du côté des associations des consommateurs, on espère aussi l’essence et le diesel coûtent moins chers. Toutefois, Suttyhudeo Tengur, président de l’Association for Protection of Consumers and Environment (APEC), ne se berce pas d’illusion.

Selon lui, la baisse ne sera pas pour l’immédiat. « Certes, les prix du baril est en train de chuter. Mais, n’oublions pas que la State Trading Corporation (STC) prend également en compte l’évolution du dollar face à la roupie. Il faudra suivre le cours du pétrole et celui du dollar vis-à-vis de la roupie sur un certain lapse de temps en raison des fluctuations avant qu’une décision ne soit prise », conclut Suttyhudeo Tengur.

À la State Trading Corporation (STC), on n'a pas voulu faire de commentaires sur le sujet.

L’évolution des prix de l’essence et du diesel

L’évolution des prix de l’essence et du diesel

Source : State Trading Corporation.