Mardayah Kona Yerukunondu (nouveau First Deputy Governor de la Banque de Maurice) : «La Banque centrale sert la population» | Défi Économie Aller au contenu principal

Mardayah Kona Yerukunondu (nouveau First Deputy Governor de la Banque de Maurice) : «La Banque centrale sert la population»

Mardayah Kona Yerukunondu

Mardayah Kona Yerukunondu assume, depuis lundi, le poste de First Deputy Governor de la Banque de Maurice. Dans cet entretien, il dévoile ses priorités et livre son point de vue sur le transfert des Rs 18 milliards de la Banque de Maurice pour éponger la dette publique. Selon lui, cette transaction n’a pas entaché l’indépendance de la Banque centrale. 

Depuis le lundi 24 février, vous êtes officiellement le First Deputy Governor de la Banque de Maurice.  Quelles sont vos attributions ?
C’est seulement moi qui ai pris officiellement mes fonctions depuis le 24 février. Le ‘Governor Designate’ et le ‘second Vice-Gouvernor Designate’ prendront leurs fonctions le 2 mars. Il incombe au nouveau gouverneur de distribuer les portfolios de chacun des vice-gouverneurs. On est en train d’en discuter.  

Vos principaux collaborateurs sont le gouverneur Harvesh Seegolam et la Second Deputy Governor Hemlata Sadhna Sewraj-Gopal.  Comment comptez-vous accorder vos violons pour mener à bien les missions de la BoM ?
J’épaulerai certainement le gouverneur dans la bonne marche de la Banque centrale. Chacun aura sa propre opinion, mais le travail se fera de façon consensuelle, en adoptant la meilleure option. En fin de compte, la Banque centrale est au service du peuple et c’est au peuple d’en bénéficier.

Après le transfert des Rs 18 milliards vers le Consolidated Fund pour rembourser les dettes du pays, il y a eu beaucoup de critiques sur l’indépendance de la Banque centrale.  Vos commentaires ?
Je suis totalement pour cette décision. Premièrement, le Parlement est suprême. Le Parlement a donné au Board le pouvoir de décider, en prenant en considération tous les facteurs nécessaires, s’il fallait donner cette somme au gouvernement ou non. Et puis, on ne doit pas oublier que le gouvernement est 100% actionnaire au sein de la Banque centrale. Et c’est ce même gouvernement qui doit injecter des fonds si la situation s’avère nécessaire.

La question est de savoir, comme l’a si bien dit un économiste respecté, si la Banque centrale a suffisamment d’argent pour gérer l’« Open Market Operations » et la réponse est oui. On n’a donc, selon moi, pas entaché l’indépendance de la Banque centrale.

Que pensez-vous des attaques sur l’indépendance de la Banque de Maurice ces jours-ci ? 
Je ne suis pas politicien, je n’ai pas été candidat aux élections. Je suis un technicien qui a fait carrière à la Banque de Maurice. J’ai été dans la profession légale qui compte beaucoup sur l’intégrité. Donc, pour moi, la question d’indépendance ne se pose pas.