Relations commerciales : l’accord post-Brexit avec les Anglais en vigueur le 1er janvier 2021 | Défi Économie Aller au contenu principal

Relations commerciales : l’accord post-Brexit avec les Anglais en vigueur le 1er janvier 2021

L’Union Jack
L’Union Jack est enlevée de la rangée des drapeaux des Etats-membres de l’Union.

Le divorce Grande-Bretagne/Union européenne est officiel. À Maurice, aucun chamboulement majeur. Le pays conserve ses acquis tant avec les Européens qu’avec les Britanniques. La diplomatie économique s’en est chargée. Le point.

C’est fait ! Le vœu des Britanniques pour quitter le bloc européen s’est concrétisé 37 mois après le fameux référendum. Depuis le 1er février (03 : 00, heure de Maurice), les Anglais et leurs cousins européens ont entamé, de manière officielle, une lente séparation. Ce divorce entraîne des changements dans les relations commerciales et les politiques d’immigration. La période de transition prendra effet en décembre prochain.

Avec les politiques britanniques repoussant la date du Brexit de par les dissensions sur le texte de loi finale et jetant du doute sur leur volonté à respecter le vote des Anglais, les échanges entre le Royaume-Uni et Maurice se sont détériorés de différentes magnitudes. En premier, les exportations vers la Grande-Bretagne ont chuté à Rs 5,79 milliards sur les neuf premiers mois de 2019 contre Rs 5,46 milliards lors de la précédente période similaire. En second, et c’est là où l’on ressent l’impact, les arrivées touristiques ont reculé de quelque 10,000 pour atteindre les 141,520 visiteurs sur l’année. Quant à la livre sterling, le taux de change est presque similaire depuis le début de l’année, soit à Rs 47,04 (transfert télégraphique entrant).

En amont, Maurice, qui tient en la Grande-Bretagne son deuxième partenaire commercial et l’Europe son premier bloc d’acheteurs de biens et services, n’aura pas à s’en soucier outre mesure. La diplomatie économique mauricienne a pris des mesures proactives afin de s’ajuster aux conséquences. Car un accord de partenariat économique intérimaire a été paraphé le 31 janvier 2019 entre le Royaume-Uni et l’Eastern Southern Africa qui couvrira la période de transition. Après la date du 31 décembre 2020, ce serait la version formelle de l’accord qui prendra le relais.

La Haute Commission britannique a envoyé une requête à Maurice pour que le pays continue à mettre en œuvre les obligations en vertu des accords selon lesquels la Grande-Bretagne participe en tant que membre de l’Union au cours de la période de transition. Maurice a accepté cette note verbale du 7 janvier. La délégation de l’Union européenne, par le biais d’une note verbale en date du 20 janvier, a abondé dans le même sens. Les ministères concernés en ont été avisés.

Ainsi, fait-on ressortir dans les milieux concernés, « les exportateurs mauriciens ne courent aucun risque de rupture de commerce dans leurs opérations avec les clients britanniques ». Dans le même ordre d’idées, le divorce étant un fait, l’on s’attendrait à une normalisation dans les arrivées de la Grande-Bretagne.