Entrepreneuriat : des success stories au féminin | Défi Économie Aller au contenu principal

Entrepreneuriat : des success stories au féminin

Le monde des affaires séduit les Mauriciennes depuis plusieurs années. Persévérance, confiance en soi, détermination sont les maîtres-mots de ces entrepreneures. Rencontre avec celles qui ont osé franchir le pas pour créer leur entreprise et les diriger avec succès.

Keshan Fowdar ou celle qui a la main verte

Keshan FowdarEsthéticienne de formation, Keshan Fowdar a suivi des formations au National Women Entrepreneur Council (NWEC) avant de se lancer dans l’agriculture bio. Elle a investi Rs 100 000 pour créer GreenWood Nursery. Basée à Vallée-des-Prêtres, la société commercialise des arbres fruitiers donnant des produits sucrés et parfumés. « Nous proposons des fruits-à-pain, litchis, manguiers et d'autres plantes », précise-t-elle. Elle s’est spécialisée dans le bouturage,  le greffage et le marcottage, trois techniques de multiplication qu’elle met en œuvre à la pépinière. L’on y trouve un large éventail d’agrumes greffés, comme le pamplemoussier, le citronnier de Rodrigues, ou encore le mandarinier. L’un des avantages de cette méthode est que ces petits plants rapportent au bout d’une année. Son succès : un bon prix et un bon service clientèle.


Anarouby Arnachellum Timmiah et ses savonnettes

Anarouby Arnachellum TimmiahC’est parce qu’elle voulait être « femme indépendante » qu’Anarouby Arnachellum Timmiah a choisi de se lancer dans l’entrepreneuriat en 2016. Toujours attirée par les objets artisanaux et soucieuse de l'environnement, elle a commencé à fabriquer des savonnettes artisanales. Elle se sert des huiles essentielles pour le parfum tout en ajoutant les infusions de thé et d’autres saveurs orientales. « Je fabrique le savon biologique du début à l'emballage. Ma création a émerveillé mon entourage, cela m’a encouragé pour me lancer dans ce domaine ». Elle estime que c’est un créneau porteur, car les Mauriciens commencent à s’intéresser aux produits bios. Les savonnettes artisanales peuvent être offertes en cadeaux, dit-elle. Son succès repose sur l’innovation.


Asha Nemchand,directice d’Om spa : « Toujours innover pour savourer la réussite »

Asha NemchandAsha Nemchand s’est fait un nom dans le domaine des soins et beauté depuis 2005. Après avoir suivi plusieurs formations, elle a décidé de se  lancer dans l’entrepreneuriat.  « Ce métier me permet de rencontrer de nouvelles personnes. Je suis en train d’apprendre des nouvelles techniques et tendances pour offrir des nouveautés. Notre maître-mot est l’innovation », précise-t-elle.


Poonam Bhutoo, directrice de JoNa creations : « Ma réussite réside dans ma créativité »

Poonam BhutooAutre figure de proue de l’entrepreneuriat au féminin est Poonam Bhutoo, directrice de JoNa Creations. Elle commercialise une collection de prêt-à-porter (designers dress) depuis plusieurs années, à Quatre-Bornes. « Une bonne organisation et la persévérance m’aident à me démarquer dans l’entrepreneuriat. Mon travail me permet de joindre les deux bouts.  Je me suis fait souvent des clients sur Facebook. Ils misent beaucoup sur la qualité. Lancer une entreprise était un challenge pour moi. Ma réussite réside dans ma créativité », conclut-elle.


Questions à Georgina Ragaven, Fondatrice de WE Empower: « Maurice a parcouru un long chemin sur l’égalité des sexes »

Georgina Ragaven

Pensez-vous que l'émancipation féminine a un impact positif sur la croissance économique?
Le parcours des femmes directrices d’entreprise n’est pas un long fleuve tranquille. Il est souvent difficile de conjuguer vie professionnelle et vie familiale quand on est une femme.

Les Mauriciennes représentent environ 52  % de la population. Des études cherchent à mettre en évidence le profil, les motivations et les contraintes des femmes entrepreneures à Maurice. Une fois que les femmes ont obtenu leur place dans la société, elles sont reconnues égales. De nouvelles entreprises sont créées, non seulement par elles-mêmes, mais aussi en créant plus d'emplois qui contribuent à la croissance économique dans le pays.

Maurice ne progresse pas en termes d'égalité des sexes. Êtes-vous d'accord ?
Je trouve que Maurice a parcouru un long chemin. Les progrès sont en cours.

Comment voyez-vous le climat des affaires pour les femmes entrepreneures à Maurice ?
L’entrepreneuriat féminin a été reconnu au cours des deux dernières décennies comme une source inexploitée de croissance économique. Les femmes entrepreneures se créent de nouveaux emplois. Une chose est sûre, c'est qu’elles ne comptent sur personne pour les employer, elles créent les siens. En étant différentes, les femmes entrepreneures fournissent à la société des solutions différentes pour des problèmes de gestion, d’organisation et d’affaires ainsi que pour l’exploitation des entreprises. Cependant, elles représentent toujours une minorité parmi tous les entrepreneurs. Il existe donc une défaillance du marché, discriminant la possibilité pour les femmes de devenir entrepreneures et de devenir des entrepreneures à succès. Cette défaillance doit être corrigée par les décideurs politiques afin que le potentiel économique de ce groupe puisse être pleinement utilisé.

Quels sont les principaux obstacles rencontrés par les entrepreneurs à Maurice ?
Exploiter les nouveaux marchés, les progrès technologiques, les importations au détriment des produits locaux, bien entendu, sont autant de défis. Pour d'autres petites entreprises, des éléments à l'exemple de l'introduction du salaire minimum a une répercussion financière.