Rajen Bablee de Transparency Mauritius : «Agents immobiliers, veillez que les paiements soient en virements et chèques» | Défi Économie Aller au contenu principal

Rajen Bablee de Transparency Mauritius : «Agents immobiliers, veillez que les paiements soient en virements et chèques»

Rajen Bablee

Transparency Mauritius a organisé le jeudi 16 janvier une conférence sur le rôle des comptables et agents immobiliers dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le flux de fonds illicites vers l’Afrique. Le directeur exécutif de Transparency Mauritius cerne ces enjeux.

Dans le contexte des lois anti-blanchiment, le comptable est aux premières loges pour voir si certaines dépenses ne correspondent pas aux transactions légitimes

Comment est-ce qu’un comptable ou auditeur peut déceler des traces de blanchiment d’argent dans un bilan ? Est-ce que cette responsabilité ne s’arrête qu’aux grandes et/ou entreprises de taille moyenne ?
Le rôle d’un(e) comptable implique une grande responsabilité. C’est un professionnel qui est appelé à gérer les finances d’une organisation. De fait, il ou elle doit veiller que les dépenses ont été approuvées par l’instance appropriée au sein de l’organisation, que les entrées et les sorties d’argent soient justifiées et vérifiées à ce qu’elles soient réconciliées. Le comptable s’assure aussi que son organisation respecte les lois fiscales ainsi que les lois anti-blanchiment ce, indifféremment que l’organisation soit petite ou grande. Dans le contexte des lois anti-blanchiment, le comptable est aux premières loges pour voir si certaines dépenses ne correspondent pas aux transactions légitimes de l’organisation. En cas de suspicion, le comptable a comme devoir de tirer la sonnette d’alarme et d’alerter la Financial Intelligence Unit.

À voir le nombre de communiqués de l’Independent Commission Against Corruption, on constate que l’immobilier serait un moyen pour réinjecter ses gains illicites dans le circuit monétaire. À l’agent immobilier, quelles précautions lui conseillerez-vous ?
Il est important que les agents immobiliers se familiarisent avec les lois anti-blanchiment. Par exemple, il devrait veiller que les transactions se fassent plutôt par des virements bancaires ou EN chèques et non en liquide. Les délinquants financiers essaient toujours de privilégier des paiements en liquide tout en faisant attention de ne pas dépasser le seuil légal d’un demi-million de roupies. Souvent, ils étalent plusieurs paiements en-dessous du seuil dans le but de contourner le système.

L’état n’a-t-il pas un rôle de régulateur et de superviseur plus stricte à jouer ? Est-ce le cas ?
Les comptables sont des professionnels qui sont régis par des structures légales, des règles d’opération et des règles d’éthique qui sont bien définis. Du côté des agents immobiliers, il est évident qu’il y a des lacunes et qu’il y a un besoin de sensibiliser les agents immobiliers et veiller à ce que la loi leur dicte de rapporter toute transaction suspicieuse.

Maurice, de par son système bancaire ouvert sur le reste du monde, est-il à risque en termes de blanchiment d’argent de l’Afrique ? .
De par le monde, les banques sont soumises aux mêmes normes dans leurs gestions et opérations. Selon ces normes, elles sont supposées d’être administrées par des « fit and proper persons » et d’appliquer des règles strictes concernant leurs activités. Les banques sont aussi soumises aux règlements du régulateur, en L’occurrence pour notre pays, la Banque de Maurice qui effectue la supervision et des inspections régulières.

Les banques doivent connaÎtre leurs clients, ce qui est connu dans le jargon comme le KYC. Cela implique qu’elle doit savoir qui est son client, s’il est réel, quelles sont ses revenus légitimes et si les transactions que le client effectue sont alignées à ses revenus légitimes. En cas d’un gros versement qui ne correspond pas aux activités légitimes et habituelles, la banque peut exiger des détails sur la source de cet argent et aussi de lancer une alerte auprès de la FIU.

Il n’empêche qu’à travers le monde, les banques sont aussi perçues comme les temples du capitalisme. Il est un fait que malgré que plusieurs des grandes banques ont été impliquées dans des scandales, elles sont rarement épinglées et les autorités se contentent de leur faire payer des pénalités.