Renforcement des capacités : les associations de consommateurs ont leur mot à dire ! | Défi Économie Aller au contenu principal

Renforcement des capacités : les associations de consommateurs ont leur mot à dire !

MBC-Tv
La requête de la CAP à la MBC-Tv pour une série d’émissions pour éduquer les consommateurs n'a pas aboutie.

Fortes de la confiance des citoyens, ayant fait la preuve de leur indépendance et de leur efficacité, les associations de consommateurs sont paradoxalement traditionnellement négligées, voire dédaignées par les décideurs politiques. En l’absence d’une loi sur le financement politique, l’on ne peut se tromper sur la capacité des commerçants à influer sur les décisions pouvant impacter sur les consommateurs.

Quelques exemples pourront mieux illustrer cette prise de position. La portabilité des numéros de téléphone mobile demeure un mystère pour les institutions qui ont la responsabilité de sa mise en application. Les associations des consommateurs avaient mis leur espoir sur la fusion annoncée de l’Information and Communication Technology Authority of Mauritius (ICTA) et de l’Independent Broadcasting Authority (IBA). L’on attend toujours les recommandations des consultants à cet effet.

Dans le secteur bancaire, la portabilité des numéros de compte permettant de changer de banques plus facilement et ainsi stimuler la concurrence se fait toujours attendre.

Même son de cloche chez les régulateurs sectoriels. Mise à part la Competition Commission, qui se fait un devoir de communiquer avec les organisations de consommateurs, aucun des régulateurs sectoriels, que  ce soit l’IBA, la Financial Services Commission (FSC), l’ICTA, n’a daigné initier des consultations avec les représentants des consommateurs.   

Qu’en est-il de la MBC-Tv ? Puisant ses revenus des poches des consommateurs, elle trouve très peu d’occasions pour permettre aux organisations de consommateurs de  s’exprimer. Pourtant, la MBC Act souligne le devoir de la MBC d’éduquer. La requête de la CAP pour une série d’émissions pour éduquer les consommateurs a été ignorée. C’est uniquement après la présentation du Budget que les organisations de consommateurs sont sollicitées.

L’adoption des principes directeurs des Nations unies sur la protection des consommateurs donneront aux organisations de consommateurs leur lettre de noblesse en tant qu'acteurs socio-économiques de ce pays.