Nouveau gouvernement britannique : quelles retombées pour Maurice ? | Défi Économie Aller au contenu principal

Nouveau gouvernement britannique : quelles retombées pour Maurice ?

Boris Johnson

Avec la grande victoire électorale du Parti conservateur au Royaume-Uni, la semaine dernière, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, devrait être en mesure de finaliser le Brexit, d’ici le 31 janvier 2020. Quelles sont les retombées pour Maurice ?

Le Royaume-Uni peut choisir d'importer plus de sucre de Maurice, de même que nos produits manufacturiers et de la mer.

Beaucoup de Mauriciens, membres de notre diaspora, avaient lancé un appel aux compatriotes établis au Royaume-Uni. Ils souhaitaient qu’ils votent pour le Parti travailliste anglais, par patriotisme, parce que Jeremy Corbyn, leader du parti et prétendant au poste du Premier ministre, avait une position plus souple par rapport aux îles Chagos. En effet, il avait promis de reconnaître la souveraineté de Maurice.

Cependant, la grande victoire du Parti conservateur ne signifie pas nécessairement la fin de tout espoir. Outre le combat pour la récupération de l’archipel, Maurice doit aussi compter sur les retombées économiques de la nouvelle configuration politique en Grande-Bretagne où Boris Johnson dispose, désormais, d’une majorité absolue pour générer la stabilité et la croissance. Effectivement, suivant les résultats, la Banque centrale d’Angleterre a révisé à la hausse sa prévision de croissance à 1,4 % pour l’année 2019.

Trois enjeux principaux

À noter que le nouveau gouvernement dirigé par Boris Johnson ne compte pas augmenter l’impôt, la Sales Tax et la contribution nationale. Par contre, les conservateurs ont indiqué qu’ils augmenteront les taxes sur l’achat des biens immobiliers, en Angleterre, par des étrangers. Les observateurs économiques britanniques sont d’avis que le nouveau gouvernement a trois principaux enjeux à considérer : les relations commerciales avec l’Europe, le commerce avec les États-Unis et la réalisation de grandes promesses électorales. Ces trois enjeux auront des retombées pour notre économie.Par exemple, le Royaume-Uni peut choisir d’importer plus de sucre de Maurice, de même que nos produits de la mer et manufacturiers. Une consolidation de l’économie britannique fera augmenter le pouvoir d’achat des Anglais qui pourront consommer davantage. L’appréciation de la livre sterling sera bénéfique aux touristes britanniques.

En chiffres
Maurice exporte à hauteur d’environ Rs 9 milliards vers le Royaume-Uni annuellement. Nos exportations concernent principalement le sucre et les produits textiles. Par contre, Maurice importe du Royaume-Uni pour un montant d’environ Rs 3,6 milliards. Au niveau du tourisme, le nombre de visiteurs britanniques se chiffrait à 149 807, en 2017 et 151 913, en 2018. Cette année, Maurice a reçu 100 051 touristes du Royaume-Uni de janvier à septembre 2019.

Dan Maraye : « Beaucoup d’opportunités vont s’ouvrir »

Dan Maraye, ancien gouverneur de la banque centrale et fin observateur économique, pense que la nouvelle situation politique en Angleterre peut ouvrir de nombreuses opportunités pour notre pays. « Cela dépend de la volonté des deux côtés », dit l’expert-comptable, qui ajoute que nous devons cesser de s’inquiéter du post-Brexit, mais plutôt de se concentrer sur les opportunités. « Après sa sortie de l’UE, le Royaume-Uni sera plus libre à signer des accords commerciaux avec le reste du monde et cela peut être à notre avantage. » Toutefois, il avance que les deux parties pourraient s’appeler à faire des compromis.

Eric Ng : « La remontée de la livre sterling soulage les exportateurs  »

Eric Ng

Eric Ng ne voit aucun changement majeur dans les relations commerciales entre le Royaume-Uni et Maurice. Il pense plutôt à des privilèges pour certains secteurs dont la possibilité de négocier un prix de sucre plus favorable. Concernant la remontée de la livre sterling, l’économiste estime que c’est un soulagement pour nos exportateurs vers le Royaume-Uni.

Yousouf Jhugroo : « Notre représentant diplomatique à Londres aura un rôle important à jouer »

Yousouf JhugrooLa victoire écrasante des conservateurs aux élections générales a placé Boris Johnson dans une position plus solide pour exécuter son plan Brexit d'ici, le 31 janvier 2020, dit Yousouf Jhugroo, CEO de ‘The Compliance Experts’ et membre de la diaspora mauricienne, en Angleterre. Il pense que le discours de la reine, qui doit être prononcé, ce jeudi, donnera une image plus claire du programme gouvernemental post-Brexit. « La grande victoire de Boris Johnson, la semaine dernière, s’est fait sentir presque instantanément avec la hausse de la livre sterling et la perspective d’une hausse du prix des maisons », explique Yousouf Jhugroo qui voit plusieurs implications pour Maurice. « Bien que quitter l'UE aura un impact structurel à long-terme sur le Royaume-Uni et l'UE, nous ne nous attendons pas à ce que l'économie mauricienne en ressente l'impact à court terme. Suite aux changements attendus post-Brexit, le gouvernement mauricien devra revoir ses priorités économiques et réexaminer la façon de faire des affaires avec l'Europe et le Royaume-Uni. »

Selon lui et dans le meilleur des cas, le Brexit donnera aux décideurs une plus grande liberté pour utiliser les économies fiscales offertes. Cependant, cela pourrait être compensé à plus long- terme, si les négociations pour de meilleurs accords commerciaux ne se concrétisent pas. Toutefois, le coût des biens et services importés du Royaume-Uni rendra probablement Maurice vulnérable en raison de la force du GBP. « Malheureusement, la perspective du retour des Chagos à Maurice semble plutôt sombre, mais un changement d'avis de M. Johnson, est encore possible », souligne notre compatriote.

Avec la création d'un nouveau ‘Department for Borders and Immigration’, des règles d'immigration plus strictes, centrées sur le système d'immigration basé sur des points de style australien, seront introduites. Dès que le Royaume-Uni quittera l'UE pour la nouvelle année, le moment sera propice pour que le gouvernement mauricien s'engage dans de nouvelles négociations bilatérales afin d’améliorer les accords commerciaux. « Notre représentant diplomatique à Londres aura un rôle important à jouer pour que cela se produise le plus tôt possible. Il y a actuellement une pénurie d'enseignants et de médecins au Royaume-Uni et ce sont peut-être des domaines qui pourraient intéresser les professionnels mauriciens. »

Yousouf Jhugroo explique aussi que la mise en œuvre de la cinquième directive sur le blanchiment d'argent (5 MLD) à partir du 10 janvier 2020, imposera aux entreprises mauriciennes de traiter avec les entreprises britanniques. Elles devront démontrer que de nouvelles politiques, processus et procédures sont en place pour se conformer aux nouvelles exigences réglementaires 5 MLD. Dans ce contexte, son entreprise, le CRC-The Compliance Experts, dont le siège se trouve à Londres depuis quatre ans, est prêt à apporter son soutien et toute assistance aux entrepreneurs mauriciens et les autorités dans le cadre des nouvelles législations. Le CRC offre une panoplie de services dans le domaine de ‘Regulatory Compliance’, la formation et la médiation, entre autres.

Un accord déjà signé

Le 31 janvier 2019, Maurice et le Royaume-Uni ont signé un accord commercial qui garantit l’accès préférentiel de produis mauriciens sur le sol britannique, après la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Cet accord couvre trois chapitres : le commerce de produits, les produits de la mer et la coopération pour le développement économique.