Georges Talbotier, CEO de Trimetys : «Le secteur de l’immobilier est en pleine mutation» | Défi Économie Aller au contenu principal

Georges Talbotier, CEO de Trimetys : «Le secteur de l’immobilier est en pleine mutation»

Georges Talbotier

Un assouplissement des réglementations et des incitations fiscales a fait de Maurice une “destination immobilière compétitive”. Tel est l’avis de Georges Talbotier, CEO de Trimetys.

Comment se porte le secteur de l’immobilier à Maurice ?
C’est un secteur qui demeure en pleine mutation, notamment grâce à un assouplissement des réglementations et des incitations fiscales qui font du pays une « destination » immobilière compétitive. Cet atout, couplé à la douceur de vivre du pays, la sécurité et la stabilité sociale et politique, le produit s’exporte bien.

Pouvez-vous nous faire le point sur l’avancée des travaux de Cap Tamarin ?
Les travaux de construction du Smart & Happy Village de Cap Tamarin avancent à grands pas. Un des premiers gros chantiers, les infrastructures, qui représentent un investissement de Rs 550 M (routes, pistes cyclables, réseau électrique, réseau d’eau potable et pluviale, fibres optiques) sont en passe d’être achevées, l’ouverture des nouvelles routes étant prévue début octobre 2020.

Qu’en est-il de l’installation des services et aménités ?
D’ici fin 2019, la clinique C-Care proposera des services de radiologie et d’urgence ainsi qu’un laboratoire et six salles de consultations en médecine générale. L’année 2020 marquera une autre étape de notre développement avec l’ouverture d’un parc de trois hectares en bordure de rivière, qui sera accessible à tous, et de l’hypermarché Super U sur une surface de 5000 m2.

En parallèle, la commercialisation de nos unités comptant des résidences, commerces et espaces bureaux se fait à un rythme soutenu et confirme l’engouement que suscite le projet auprès des Mauriciens comme des étrangers. Nous venons d’ailleurs de signer un partenariat avec un spécialiste réunionnais pour la commercialisation de nos produits sur l’île sœur et un autre en Afrique du Sud. Nous proposons une gamme de logements accessibles à tous, allant du studio à la maison individuelle. Les prochaines remises de clé sont prévues pour 2020.

Quelles sont les facilités qui seront disponibles une fois le projet achevé ?
Le projet de Cap Tamarin est aujourd’hui composé d’une zone commerciale, La Place Cap Tamarin, de l’école primaire Paul et Virginie, du complexe sportif Riverland, d’une résidence de standing, Les Terrasses de Barachois et d’une station-service. A l’achèvement du projet, nous aurons un total de 30 000 m2 de zones commerciales, 15 000 m2 d’espaces bureaux, deux écoles primaires (française et internationale), un collège et un lycée international, une clinique, deux maisons de retraite, des espaces culturels et un nouveau complexe sportif Riverland.

Vous mettez en avant dans votre communication l’éco-responsabilité de Cap Tamarin. Comment cette intention se matérialisera-t-elle ?
La notion de “durabilité” a été placée au cœur de la conception du projet. A terme, le village produira 2,5 MW d’énergie renouvelable photovoltaïque. La plupart des voies de communication sont constituées de pistes cyclables et de voies piétonnes (3km). De nombreux espaces seront végétalisés. Et toute la conception de nos bâtiments intègre la notion de durabilité. Ceux-ci sont pensés pour limiter le recours à la climatisation et les eaux usées sont retraitées avant leur utilisation pour l’irrigation.