Imteaz Mungur : le pro de la machine à laver | Défi Économie Aller au contenu principal

Imteaz Mungur : le pro de la machine à laver

Imteaz Mungur
Imteaz Mungur sillonne l’île pour effectuer des réparations ou pour un servicing.

La machine à laver fait partie des appareils le plus souvent utilisés à la maison et pourtant, on néglige son entretien, alors qu’il est primordial de s’en occuper régulièrement.

C’est seulement quand elle tombe en panne que les utilisateurs sollicitent l’aide d’un technicien. Imteaz Mungur, qui compte une quinzaine d’années d’expérience dans la réparation et l’entretien des machines à laver, est d’avis que les Mauriciens ont tout à gagner à en prendre soin.

Tout a commencé pour Imteaz Mungur quand il était au collège. Durant les vacances scolaires, il donne un coup de main à son ami Ali qui jouissait d’une bonne réputation comme réparateur de machines à laver. Et c’est en aidant ce dernier que le jeune Imteaz a fait son apprentissage sur le tas. Après ses études, il travaille aux côtés de son ami à plein temps. Le duo se partage le travail et si Ali est débordé, Imteaz Mungur effectue les réparations tout seul.

Par la suite, il y a cinq ans, son ami change d’orientation professionnelle et c’est ainsi qu’Imteaz Mungur prend la barre. Sollicité par des clients, il sillonne l’île pour effectuer des réparations ou pour un servicing. « Certains clients sont conscients que c’est à travers la maintenance et le nettoyage du tambour que leur machine fonctionnera de façon optimale sur une plus longue période », explique-t-il.

Imteaz Mungur explique sa méthode de travail. Dès que le client lui donne son accord pour réparer sa machine, il fait un diagnostic et effectue les réparations. Si le client décide d’opter pour une machine neuve, il  ne facture que les frais de transport. Autant que possible, Imteaz Mungur classe ses rendez-vous par région où il se déplace en semaine, sauf en cas d’urgence.

« Au fil des années, la machine à laver devient de plus en plus sophistiquée, mais j’ai pu m’adapter, car le cycle de lavage est presque le même. Dès que j’ai réalisé que l’électronique prenait le pas sur les touches mécaniques, j’ai assimilé les fonctions par rapport aux touches. Cette reconversion dans l’électronique m’a paru si essentielle que j’ai vite appris les nouveaux dispositifs », explique Imteaz Mungur qui habite à Pailles.

Il conseille aux clients, dont la machine est tombée en panne en raison d’une interruption électronique, d’opter pour les plaquettes électroniques universelles disponibles sur le marché depuis deux ans. Il s’agit d’une solution beaucoup moins onéreuse que l’achat d’une plaquette originale de la marque de la machine à laver. Outre les problèmes de plaquettes, il y a aussi ceux liés au tambour et à la pompe de vidange.

« Quand il s’agit de nettoyer un tambour, cela peut prendre une demi-journée, car il faut l’enlever de la machine et vérifier la courroie qui transmet la rotation du moteur au tambour. Il se peut qu’elle soit désaxée ou abîmée. C’est effectivement un gros travail », dit-il.

La pompe est le plus souvent affectée dans les régions humides où la pluviosité est plus fréquente. Selon lui, il est important de la nettoyer chaque mois, car des fois elle est obstruée par des sédiments et autres détritus de petite taille. D’où l’importance de garder toujours sa machine à laver propre et saine…