Fleuriste : Aartee Gutty fait parler son art à Chemin-Grenier | Défi Économie Aller au contenu principal

Fleuriste : Aartee Gutty fait parler son art à Chemin-Grenier

Aartee Gutty
Selon Aartee, il faut surtout maîtriser l’agencement des couleurs pour rendre un gerbe plus attrayant.

Aartee Gutty est une fleuriste bien établie à Chemin-Grenier. Gérante de Divine Flowers, elle offre plusieurs services avec des fleurs. Visite à son atelier au Sreepaul Building.

À notre arrivée, la jeune femme confectionnait des gerbes, une commande pour un anniversaire. On comprend vite qu’elle est une professionnelle dans la matière. « C’est ma sœur, qui tient une échoppe de fleurs au marché de Curepipe, qui m’a initiée au  métier », dit-elle avec un large sourire.

Avant son mariage, elle a travaillé avec sa sœur pendant une dizaine d’années. Elle avance qu’il faut surtout maîtriser l’agencement des couleurs pour rendre un gerbe plus attrayant.

Après son mariage, elle s’installe à Baie-du-Cap et il était difficile pour elle de se rendre à Curepipe pour aller travailler. C’est alors que sa sœur ouvre un atelier de fleuriste à Chemin-Grenier, il y a trois ans de cela et confie la gérance à Aartee. Ce qui a comblé un manque dans la région.

C’est toujours sa sœur qui lui expédie, chaque jour une certaine quantité de fleurs pour ses commandes. « Je confectionne des bouquets et gerbes pour les mariages, anniversaires, première communion, baptêmes et cérémonies religieuses, entre autres  », dit-elle.  Elle conseille à ses clients de passer leurs commandes quelques jours en avance, en particulier pour les mariages et même un mois en avance pour la décoration de l’église et la salle de réception. Le prix varie, selon le nombre des fleurs réclamées.

Pour le mariage hindou, elle entreprend aussi la décoration des salles vertes qui, avoue-t-elle, n’est pas une mince affaire. « On doit utiliser des mousses imbibées d’eau pour que les fleurs durent durant les trois jours de la cérémonie   sans compter qu’on doit mettre une équipe pour ce travail en fonction de la superficie de la salle », explique-t-elle.  La décoration d’une salle verte peut coûter de Rs 25 000 à monter, alors que celle d’un simple ‘bedi’ (lieu où se tient la cérémonie religieuse)  est de Rs 3 500 à monter. Grâce à un service impeccable, elle a un carnet de commande bien rempli.

Aartee nous montre des photos où l’on trouve différentes décorations de voitures, un service qui fait partie de son offre. C’est son époux, qu’elle a initié à ce métier, qui principalement effectue cette tâche.

La jeune femme confectionne aussi des gerbes mortuaires. Elle dispose  toujours d’une certaine quantité de fleurs pour pouvoir répondre à une demande urgente. On y trouve aussi des gerbes de fleurs artificielles. Pour elle, le métier de fleuriste est avant tout un art.