Baromètre économique de PluriConseil : Maurice au-devant des opportunités du Brexit | Défi Économie Aller au contenu principal

Baromètre économique de PluriConseil : Maurice au-devant des opportunités du Brexit

Maurice

Même si l’économie mauricienne souffre d’un No Deal Brexit, la grande majorité des analystes estiment qu'elle pourra en tirer profit, quoique partiellement.

Pour vous, un No Deal Brexit aura sur l’économie mauricienne un impact négatif…

Pas de panique

Graph

Une sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne sans un accord aura un impact négatif sensible, mais pas considérable, sur l’économie mauricienne, selon 57% des sondés. Pour sûr, « it will depend largely on performance of the UK economy ». S’il est vrai que « a less rich Britain has less to spend », on ne croit pas que « the UK will either stop selling or buying goods from us overnight ». Reste que « a no-deal Brexit will affect the value of the pound sterling. As the pound depreciates and food prices increase, consumption in the UK will surely decline, the UK will import less non-essential goods, and the few shirts that we export to the UK will become less important ».

Selon vous, la valeur de nos exportations de marchandises vers la Grande Bretagne en 2019 par rapport à 2018…

Les exportations de biens en baisse

Graph

La valeur de nos exportations de biens vers la Grande Bretagne au premier semestre de 2019 (Rs 3 753 millions) a baissé par rapport à la période correspondante de 2018 (Rs 4 018 millions). Les analystes sont quasiment unanimes à dire qu’elle diminuera pour toute l’année 2019. D’abord, « it is primarily due to the fact that the pound is in free fall », mais aussi « on account of the economic impact of Brexit on the UK economy ». Considérant que « our exports to the United Kingdom have been on a declining trend for more than ten years », on estime que « the 7% drop year-on-year in the first semester is in line with this long-term trend ». En dépit de cette tendance, « no effective focused incentives have been proposed to sustain our exports to the UK ».

D’après vous, les arrivées touristiques du marché britannique en 2019 par rapport à 2018 seront en…

Les arrivées touristiques en recul

Graph

Les arrivées touristiques du marché britannique au premier semestre de 2019 (61 607) ont reculé de 2,2% par rapport à celles de 2018 (62 962). La quasi-totalité des sondés pensent qu’elles fléchiront pour toute l’année 2019. On croit que « the UK market is likely to continue to shrink slightly with the purchasing power and growth in the UK being affected by uncertainties related to Brexit ». Sinon, « it would be premature and potentially inaccurate to attribute this drop to Brexit. Both Seychelles – albeit from a significantly lower base (one fifth when compared to Mauritius) – and Maldives recorded double digit growth rates. » Et puis, on déplore que « the value proposition is not here ».

Selon vous, les revenus bruts du tourisme en 2019 par rapport à 2018…

Les revenus du tourisme plus ou moins stables

Graph

Les dernières prévisions de la Banque de Maurice des revenus bruts du tourisme sont de Rs 64,7 milliards pour 2019, contre Rs 64,0 milliards en 2018. Les analystes sont partagés quant à leur niveau cette année. Comme le dit l’un d’eux, « total revenue is likely to be at most on par with last year, or lower ». Un autre le rejoint : « Gross tourism earnings for the year 2019 will likely stagnate or slightly decrease as compared to 2018. The net tourist arrivals decline from India and China and the decrease in tourist expenditure per night will likely affect the tourism earnings. » Un troisième le confirme : « Revenue per visitor has been very stable in the past decade. Based on flat arrivals and a weaker euro, a dip is the most probable outcome. »

En termes d’investissements directs étrangers, dans quelle mesure un No Deal Brexit rendra l’île Maurice attrayante ?

Les investisseurs ne se bousculeront pas

Graph

Sous un Hard Brexit, l’île Maurice ne sera ni plus ni moins attrayante aux investisseurs britanniques. D’ailleurs, « foreign direct investment from the UK in the last few years has been relatively stable at around 6% of the total. There appears to be no significant change since the Brexit vote. » Mais « Mauritius can be less attractive if Britain post-Brexit decides to reduce its own rate of corporate income tax to 15% to render Britain more competitive from a fiscal point of view ». Curieusement, « if Jeremy Corbyn comes to power with his socialist measures (nationalisation, high tax), Mauritius will benefit from FDI and from High Net Worth Individuals moving here ».

Pensez-vous que Maurice pourra tirer parti des opportunités créées par un No Deal Brexit ?

Oui, pleinement 7%
Oui, partiellement 77%
Non 17%

Pas de bénéfices additionnels

Sous un No Deal Brexit, la Grande Bretagne imposera des taxes douanières sur des produits de l’Union européenne (comme le sucre, le textile, le thon et le rhum) alors que Maurice continuera à bénéficier d’un accès sans droits de douane et sans quotas sous l’Eastern Southern Africa-United Kingdom Economic Partnership Agreement. 77% des sondés estiment notre pays capable de ne saisir que partiellement les opportunités générées par un Brexit sans accord. Quoi qu'il en soit, « tariff preferences applied by the UK to goods from Mauritius will remain the same as those applied by the European Union under the existing agreement. Likewise Mauritius will continue to apply the same preferences to goods from the UK that they are currently applying to goods from the EU. So there will be no added benefits for Mauritius. »

Quel taux de change de la roupie contre la livre sterling prévoyez-vous d'ici à la fin de l'année 2019 ?

Au dessus de Rs 44 17%
Entre Rs 40 et Rs 44 77%
En dessous de Rs 40 7%

La livre sterling se stabilise

Lundi dernier, le cours vendeur indicatif de la livre sterling affiché par la Banque de Maurice était de Rs 45,67. Il n’y a aucune chance qu’il tombe sous les Rs 40, assurent 93% des répondants. Certes, « there is a possibility of further slides in the value of the pound if Brexit does take effect end of October. But if the UK government manages to agree with the EU to again postpone the Brexit date, then the pound may pick up. » Cependant, se demande un analyste, « have markets not fully priced in a no-deal Brexit yet? » De toute façon, « since all currencies fluctuate in relation to the US dollar, what is more important is to monitor and manage the value of the dollar against the rupee. The pound/rupee rate is secondary. The Bank of Mauritius must stabilise the dollar/rupee exchange rate in order to keep other currencies against the rupee stable. »

Dans l’ensemble, tenant compte de l’inflation, la roupie vous paraît…

La roupie plus ou moins équilibrée

Graph

Trois analystes sur cinq ne considèrent pas la roupie surévaluée, 43% affirmant qu’elle est plus ou moins équilibrée. Selon un analyste, « Burgernomics quite clearly suggests that the rupee is significantly undervalued vis-à-vis the US dollar. One Big Mac costs Rs 99 in Mauritius and USD 5.74 in the United States, which implies an exchange rate of Rs 17.25 to the dollar. » Pour ceux qui ont un avis contraire, « the real effective exchange rate is still more than 12% above its 20-year average level ». C’est qu’il existe « a lot of hot money which gives a higher value to the rupee. This does not reflect the fundamentals of the Mauritian economy: lack of competitiveness and high cost of living in relation to the median salary. »

Enquête d’opinion réalisée par PluriConseil du 10 au 13 septembre 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 30 analystes économiques et financiers.