Hôtellerie : Salt of Palmar se lancera dans la culture de légumes | Défi Économie Aller au contenu principal

Hôtellerie : Salt of Palmar se lancera dans la culture de légumes

Salt of Palmar
Le Times Magazine classe cet établissement parmi les 100 plus beaux endroits au monde.

Des légumes fraîchement cueillis pour ses clients. C'est le pari de l’hôtel Salt Of Palmar, situé à Quatre-Cocos, dans l’est du pays. Le groupe hôtelier envisage de créer une ferme spécialisée dans la culture de légumes bio en 2020, annonce Raj Reedoye, le directeur de Salt of Palmar. Vingt personnes seront recrutées pour cette activité.

Pratiquement tous les produits de l’hôtel sont fabriqués localement, dit-il. « Que ce soit pour acheter des produits auprès des fournisseurs locaux, employer une équipe mauricienne ou utiliser les ressources locales, je ressens la responsabilité de défendre le meilleur de Maurice », avance-t-il.

Raj Reedoye
Raj Reedoye, le directeur de Salt of Palmar.

Le Times Magazine classe cet établissement parmi les 100 plus beaux endroits au monde. Les critères retenus sont la qualité, l’originalité, la durabilité environnementale, l’innovation aussi bien que l’influence de la destination. Pour Raj Reedoye, ce prix sera bénéfique à l’industrie touristique. « Nous sommes différents sous tous les aspects, surtout au niveau écologique. Nous avons mis l’accent sur la durabilité ».

L’établissement hôtelier, ouvert en 2018, a 59 chambres. Il s’agit du premier SALT, lancé par Paul Jones, le fondateur et CEO des hôtels LUX*. Avec un nouveau concept, la marque souhaite redéfinir les contours de l’hospitalité : plus que la découverte d’un lieu, SALT propose aux explorateurs modernes de les connecter à une destination et à ses habitants, avec authenticité, dans le partage des valeurs d’un tourisme éco-responsable et durable. Il faut compter plus de Rs 10 000 pour un séjour chez Salt of Palmar.