Services financiers : opérateurs et régulateurs prônent le développement durable | Défi Économie Aller au contenu principal

Services financiers : opérateurs et régulateurs prônent le développement durable

FSC
Des opérateurs souhaitent une harmonisation des normes.

La 18e  édition annuelle de l’Institut Francophone de la Régulation Financière (IFREFI) a pris fin le vendredi 6 septembre dernier au Westin Turtle Bay Resort & Spa. La conférence, placée sous l’égide de la Financial Services Commission (FSC), a été marquée par deux événements clés.

Un consensus entre les membres présents de l’IFREFI, en faveur du développement durable, a émergé autour de trois principes, notamment, la mobilisation de fonds en faveur de projets intégrant les critères environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance, la faculté de s’orienter et d’évaluer les investissements socialement responsables et enfin, l’harmonisation des normes à l’échelle internationale.
Par ailleurs, la coopération entre les autorités membres a fait un pas en avant avec la signature d’un protocole d’accord entre la FSC et la Capital Markets Authority (CMA), du Liban ayant pour objectif de promouvoir la coopération et l’échange d’informations.

Ce protocole d'accord établira, entres autres, un cadre de coopération, promouvra l'assistance mutuelle, renforcera les capacités techniques et facilitera l'échange d'informations entre les deux autorités financières dans leurs fonctionnements respectifs conformément à la législation en vigueur dans les juridictions respectives.

Les régulateurs francophones, réunis au sein de l’IFREFI et représentant toutes les régions du globe, ont un rôle à jouer pour mobiliser la finance au service du développement durable et assurer la confiance des investisseurs. L’AMF, dans son plan stratégique 2018-2022, s’est engagé dans cette voie avec les acteurs du marché.

«L’harmonisation des normes repose sur la coopération des acteurs et décideurs du secteur financier. Bien que nos trajectoires soient différentes, nous tendons tous vers le même horizon : celui d’un futur plus vert et plus inclusif. Dans ce processus, le rôle des marchés de capitaux est primordial. C’est dans cette perspective que la FSC, en tant que régulateur, œuvre à la mise en place d’un cadre favorable à l’essor de la finance durable », a dit Harvesh Seegolam, CEO de la FSC, lors de son allocution de clôture. 

La session a été rythmée par des échanges entre le secteur public et les représentants des opérateurs du secteur privé. Les différentes tables rondes de la conférence publique ont mis en évidence tant les aspirations des opérateurs que la volonté d’établir un cadre normatif transparent et incitatif de la part des pouvoirs publics.

Sami Saliba, membre exécutif du collège de la CMA du Liban et président de l’IFREFI, a annoncé que la prochaine session annuelle sera placée sous le haut parrainage du régulateur belge, la Financial Services and Markets Authority (FSMA), à Bruxelles en 2020.